EPISODE 3

 

Plan de Dublin, et en route pour l’auberge de jeunesse, en taxi, s’il vous plaît. Nouveaux balbutiements en anglais. Le chauffeur, très sympa me donne quelques astuces utiles sur l’Irlande. Je le paie en négociant le prix, en vain. Ca ne coûtait rien d’essayer. Qui ne tente rien, n’a rien, parole de maman ! Je me familiarisais en même temps avec les règles locales urbaines. 14h, heure locale. Me voilà arrivée à l’auberge. Mount Eccles Court. C’est immense ! La réception m’attribue une chambre de 16 lits pour 11 Euros la nuit. Très raisonnable, le prix.

Je suis contente d’être en Irlande, depuis plusieurs mois que je désire partir…Pays nouveau, langage nouveau, rencontres nouvelles, logement et mode de vie différents… Bref tout est dans la nouveauté, et c’est ce qui me manquait.

Je prends mes marques dans cette vaste chambre aux si nombreux lits, en choisis un et décide de faire un tour dans les environs, de partir en reconnaissance et de distribuer quelques CV. C’est alors qu’en sortant de la chambre je tombe sur un jeune homme brun de taille moyenne, peau mate, yeux noisette, souriant. A cette époque de l’année, la fréquentation est faible et les contacts se font plus faciles. Nous faisons connaissance et sympathisons. Marco. Il est croate et vit en Irlande depuis cinq mois. Yann et un autre d’un nom slovaque, tous deux blonds aux yeux bleus, se présentent.

Je ne croise que plus tard les deux autres occupants de la chambre, un couple croate aussi, plus difficiles à aborder et dont la sympathie de premier abord s’assimilerait plutôt à un glaçon qu’à un rayon de soleil. Enfin. Je continue ma route en pensant que partout, il existe des gens étranges, non pas parce qu’ils sont étranges, mais simplement parce qu’ils sont différents. Ce n’est que plus tard dans le temps qu’ils dévoileront un brin de sympathie.

Dès mon arrivée, je me suis fixée un but : distribuer CV et lettres de motivation dans les environs. C’est ce que je fis l’après-midi même, avec un grand enthousiasme. Celui-ci est vite retombé en apprenant par les uns et les autres que trouver du travail en cette période de l’année est plutôt difficile. C’est très «  calme » m’ont dit les commerçants à longueur d’après-midi. L’activité devrait reprendre vers mars – avril. Enfin. J’en profitai pour me balader au hasard des rues. Dublin est une belle ville !

Après-midi éprouvante. Je rentre à l’auberge. N’ayant pas fait les courses pour dîner et généralement atteinte d’une flémingite aiguë au moment de cuisiner le soir après une journée bien remplie, je passe la soirée avec mes nouveaux amis, devant la télé, tous installés dans le salon dans un canapé bien confortable et quelques snacks.

EPISODE 4

Chinese / French Course