EPISODE 1

 

« – Gros bisous M’an ! Je t’appelle ce soir quand j’arrive ». 7h45. Vendredi 29 janvier. Départ gare Plaisir – Grignon, à Plaisir, dans notre sympathique petite banlieue parisienne, où j’ai grandi et toujours vécu. Je suis partie. Quelques heures de trajet. Il est un peu tôt, mais il valait mieux partir 3 heures en avance que rater l’avion qui me permettait de réaliser mon petit rêve : retourner en Irlande pour évader mon esprit et le libérer de ce qui l’encombre en France. Les au revoir ont bien entendu comporté le « Fait attention à toi »  et le « Surtout ne fais confiance a personne » qui m’ont plutôt fait sourire cette fois ! Valise à roulette à traîner et sac à dos, je monte dans le train… et c’est parti pour 30 minutes, puis 45 minutes de bus durant lesquelles j’ai pu admirer la beauté du paysage parisien rythmé par les voitures et empli de pollution.

J’arrive largement en avance à l’aéroport. Je tire, avec joie, profit de ce temps libre pour faire un petit tour du côté de la librairie de l’aéroport…

« – 4 Euros s’il vous plaît ». Cling ! Tiroir-caisse. Un petit sac supplémentaire à porter contenant un dictionnaire anglais – français et une méthode de japonais. Ma passion pour les langues ne s’arrêtera donc jamais ? Ne reste plus qu’à trouver un banc libre pour commencer la première leçon de cette belle langue…

Je jette un œil autour de moi, au fur et à mesure de ma lecture. Les voyageurs pressés tirent avec peine leur valise à roulettes cassées et grinçantes, les langues de toute la planète jaillissent de tous les côtés, les hôtesses, les réceptionnistes, tout un tas d’employés déambulent dans les couloirs de l’aéroport. Plongée dans mon japonais, j’observe les allées et venues des uns, les activités des autres, en découvrant l’activité mouvementée qui faisait de l’aéroport un lieu grouillant de personnes toutes très bien organisées et déterminées dans le choix de leur destination.

L’heure de l’embarquement approche. J’en suis à l’étude des pronoms personnels わたしはあ, なたは. Interruption de ma petite lecture dépaysante…

Porte d’embarquement 43. Impossible à trouver ! Je vois bien la 46, 45 et 44, mais pas la 43. L’embarquement est dans quinze minutes et, alors que j’avais trois heures pour la trouver, me voilà quasi en retard. Je me livre alors à un jeu de piste qui, non sans me déplaire, pimenta un peu mon départ. Je tourne, retourne, me renseigne auprès des agents. Un escalier, un escalator, deux virages sur la droite, un sur la gauche, on y est. Ouf !

EPISODE 2

Chinese / French Course